Pigiste ou Pigeon? Combien gagne un journaliste pigiste en Belgique?

0

Beaucoup d’entre vous nous ont questionné à propos des montants des rémunérations que nous affichons en dessous de chaque article. Certains s’en sont même scandalisés. Afin d’éclaircir ce point, PAYKNOW vous propose un retour sur l’excellente étude menée par l’Association des Journalistes Professionnels (AJP) intitulée Pigiste, pas Pigeon.

L’enquête

Cette enquête en plusieurs volets, initiée en 2011 et terminée durant l’automne 2015, a cherché à objectiver les conditions salariales des nombreux pigistes exerçant dans les médias belges. Ses conclusions se révèlent alarmantes : « Plus de la moitié (52,6%) ne gagnent pas plus de 2.300€ brut par mois, ce qui représente, pour les mieux payés, moins de 1.700€ nets. Quatre pigistes sur 10 vivent avec moins de 2.000€ brut et 13% des répondants l’enquête perçoivent moins de 1.000€ brut ».

L’AJP s’indigne, à juste titre, de la précarisation des petites mains de la presse. Peu de jeunes journalistes croient réellement obtenir un jour un statut de salarié dans les dix, voir vingt premières années de leur carrière. De plus, comme le souligne justement cette investigation, les montants des piges n’ont que très peu évolué ces dernières années, pour ne pas dire pas du tout.

Pigiste, pas pigeon date de 2015. Nous avons présenté la grille des tarifs à des prestataires de différents médias qui nous ont confirmé que les montants indiqués étaient toujours d’application. Nous avons aussi comparé les bons de commandes en notre possession et… « non non rien n’a changé, tout tout a continué ».

Il serait facile de jeter la pierre aux rédacteurs en chef. Toutefois, ils ne sont en rien responsables des injonctions provenant de leur Conseil d’Administration. Généralement, eux mêmes déplorent ces tarifs mais doivent composer avec. En fait, tout le monde le sait dans le métier mais évite d’en faire la publicité.

Chez PAYKNOW, nous pensons que la transparence doit faire partie de l’ADN d’un média. Et nous ne sommes pas les seuls à le penser. Rappelons, entre autre, que Médor fait de même ainsi que Médiapart et cette vision a tendance à faire des émules. Et oui, afficher sous chaque article le prix de production est un brin provocateur, mais bon PAYKNOW n’a pas vocation de brosser les institutions médiatiques dans le sens du poil. Et cela, vous pouviez vous en douter.

La tableau des tarifs pratiqués en 2015:

(Note de Vincent Flibustier: Je vous invite à vous pencher sur la rémunération à la journée pratiquée. Imaginez que 100€ de rémunération pour une journée de 8h avec déplacement (Disons 2h aller-retour au total), ça fait une rémunération nette de 5€/h.)

L’AJP dispose d’un calculateur qui permet aux pigistes de définir un tarif selon différents critères.

On découvre ici qu’un journaliste débutant va facturer dans la majorité des cas 21€ de l’heure.

Mais comme l’indique le site de l’AJP, ce montant est loin d’être net.

En effet, pour passer du coût brut horaire de l’employeur au revenu net du salarié, il faut enlever les cotisations sociales employeur (32 %), les cotisations sociales travailleur (13,07 %) et le précompte professionnel (dont le montant dépend de situation fiscale du salarié). Le net en poche sera de moins de la moitié de la somme.

Si on considère qu’il restera au journaliste 10€ net horaire, le salaire d’un journaliste débutant est donc finalement très proche du revenu qu’obtiendra un étudiant de 21 ans dans n’importe quel job étudiant: 

Source: jeminforme.be

A noter que sur cette rémunération est soumise à la cotisation de solidarité. Le pourcentage de celle-ci est de 8,13 %, dont 5,42 % sont à charge de l’employeur et 2,71 % à charge de l’étudiant.
Le salaire horaire net minimum d’un étudiant de 21 ans est 8,72€.

L’AJP propose également un guide du pigiste/freelance disponible ici (2015)

 

Valeur en euros du travail consacré à ce contenu: 50€

L'auteur de ce contenu PAYKNOW a été rémunéré comme indiqué ci-dessus.

C’est pour cette raison que nous voulons défendre, chez PAYKNOW, une rémunération à l’heure brute de 50€. C’est le tarif plancher que pratiquent de nombreux freelances débutants et il doit en être de même pour la presse.

Pour nous aider à défendre une presse de qualité et une information de valeur qui a un coût, abonnez-vous ICI