Grossière manipulation médiatique (Fake News) des médias sur le Pape François et la psychiatrie pour les homosexuels

0

Comme à peu près tous les jours, les réseaux sociaux et les médias s’emballent sur une polémique futile et clivante. Aujourd’hui, c’est le Pape François qui en a fait les frais pour une petite partie de phrase formulée lors d’une conférence de presse. Mais qu’a-t-il dit réellement ?

Selon de nombreux médias, « Le pape François recommande la psychiatrie pour l’homosexualité décelée à l’enfance »1. Si ce titre n’est pas totalement faux, il prête à confusion et surtout à l’interprétation du discours initial du Souverain Pontife.

Le site d’information Brut a publié la vidéo complète (sous titrée en français, le Pape s’exprimant en italien) sans autres commentaires, comme le veut sa ligne éditoriale. Nous les avons retranscrits comme ils ont été délivrés par nos confrères :

« Il y a toujours eu des homosexuels, et des personnes avec des tendances homosexuelles. Les sociologues disent, et je ne sais pas si c’est vrai, que dans les époques de changement d’époque, certains phénomènes sociaux et éthiques grandissent , parmi lesquels celui-là. Mais ta demande est claire : « qu’est-ce que je dirai à un papa qui verrait que son fils ou sa fille a cette tendance » ?

Je lui dirai premièrement de prier, ne pas condamner, dialoguer, comprendre, donner sa place au fils ou à la fille, donner une place pour qu’il s’exprime. Et puis à quel âge se manifeste cette inquiétude pour son fils ? C’est important. C’est une chose quand cela se manifeste durant l’enfance. Il y a beaucoup de chose à faire par le biais de la psychiatrie pour voir comment sont les choses. C’est autre chose quand cela se manifeste après 20 ans. Je ne dirai jamais que le silence est un remède. Ignorer son fils ou sa fille qui a des tendances homosexuelles est un défaut de paternité ou de maternité. Tu es mon fils, tu es ma fille. Tel que tu es. Je suis ton père ou ta mère : parlons. Et si vous, pères et mères, vous ne vous en sortez pas, demandez de l’aide, mais toujours dans le dialogue. Parce que ce fils ou cette fille a le droit à une famille. Il ne faut pas le chasser de la famille. C’est un défi sérieux qui relève de la maternité et de la paternité. Et je te remercie de ta question ».

 

La vidéo de l’intégralité de sa conférence de presse est disponible ici:

Le Pape ne préconise pas de soigner l’homosexualité par la psychiatrie, mais d’entamer la discussion au sein de la famille avec une aide psychiatrique au cas où le questionnement de l’enfant sur son identité sexuelle se déroulerait durant son enfance.

De plus, si nous devons regarder les positions de ses prédécesseurs, nous devons admettre que François se situe sur une lignée progressiste. Et oui, chez PAYKNOW aussi, nous conseillons aux parents dans ce cas de figure de se faire aider par une cellule psychologique quand leur enfant entend au JT un échevin socialiste dire qu’être homo « c’est contre-nature ».

Nous ne sommes pas certain que prier constitue une solution, mais nous allons quand même dire un chapelet afin que, dorénavant, certains journalistes ne sortent plus une petite phrase d’un discours pour faire le buzz.

1http://www.lesoir.be/175125/article/2018-08-27/le-pape-francois-recommande-la-psychiatrie-pour-lhomosexualite-decelee-lenfance

Note de Vincent Flibustier, spécialiste des fake news: 

« Quand c’est trop beau pour être vrai c’est rarement vrai. Quand un article fait le buzz partout, pollue tout notre espace médiatique et que jamais on ne trouve les propos originaux dans leur intégralité il faut se méfier. D’autant plus quand ces propos ont été filmés. On peut légitimement se demander pourquoi les médias ayant à leur disposition la vidéo ne la diffusent pas ».

Vincent ajoute aussi 2 captures d’écran de discussions qui apportent un regard intéressant sur le fond.

Mais le fond ne m’intéresse pas, je ne cherche pas à défendre le Pape ou à dire qu’il aurait dit ça ou ça. Ce qui est important c’est de voir que le délire médiatique a été si fort pour une seule raison: Parce que les propos ont été sortis de leur contexte. Et si ceux-ci peuvent être considérés comme condamnables tout de même dans ce contexte, on ne peut qu’avouer que de nombreuses personnes n’auraient pas partagé l’article si ils avaient vu les phrases précédant celles incriminées. 

 

Valeur en euros du travail consacré à ce contenu: 50€

L'auteur de ce contenu PAYKNOW a été rémunéré comme indiqué ci-dessus.

Vous réalisez ici que nous n’avons pas pris énormément de temps pour démonter cette manipulation. Mais c’est un temps qui a de la valeur. C’est un temps qui n’est, on le voit, plus pris par certains médias qui ne font que recopier ce qu’a publié le concurrent. Sans se poser la question de la véracité de l’information mais en cherchant uniquement à profiter du buzz pour avoir sa part du gâteau.
Il est plus difficile de créer un contenu qui va à contre courant d’un buzz. Parce que cela implique de faire comprendre aux gens qu’ils ont partagé une information erronée. Ils se sentent alors blessés dans leur égo et refusent d’admettre leur erreur. C’est d’ailleurs un des principaux ressorts qui font la force de la désinformation et de la mésinformation.

Je tenais aussi à ajouter ceci: 

Pour nous aider à défendre une presse de qualité et une information de valeur qui a un coût, abonnez-vous ICI.

Nous avons la volonté de faire de PAYKNOW un site qui travaille pour ses lecteurs et selon ses moyens réels. Nous produirons du contenu tant qu’il y aura de l’argent pour le payer et à un prix juste.